Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/10/2014

le paysan

Le paysan s’assoit. Il a la fatigue. Grande. Bien. Il est tatoué sous les ongles. On ne voit que ça. Et les yeux, comme quand je me lève trop tôt.

 

C’est qu’on n’est pas si bête, dit-il.

Ça tourne aussi dedans. Ça fait des cabrioles et des entorses avec. On a de la pensée. On n’en fait pas des tonnes. On s’en sert autrement, nous.

 

silence

 

C’est qu’on n’est pas si bête.

Nous c’est plutôt le sang. Le sang. Bien. Le sang qui réfléchit dans sa course, en coulant, en faisant ces allers venus. Il fait son beau parcours le sang, son parcours quotidien, son parcours idéal. Un parcours qui a d’ la gueule,

qu’oublie pas les genoux

qu’oublie pas les orteils

qu’oublie pas les mâchoires

qu’oublie pas les paupières

qui fait tout fonctionner

sinon on est foutu, nous.

Tu vois.

 

silence

 

C’est qu’on n’est pas si bête.

On vous laisse les grues, et l’acier dans le ciel. C’est beau quand même, dit-il. Nous, on aime la pluie. On aime l’humidité. L’humilité. Quand la pluie elle irrigue, ça me donne la trique. Toutes ces gouttes qui pénètrent le sol, ça me donne la trique. Et je peux chanter fort des rengaines que j’invente, et je peux crier fort là-bas au fond du champ. Personne me dit « la ferme ! »

Personne ne m’entend.

Je peux être fou si je veux.

 

silence

 

Le paysan se lève. Il a une petite mine. Il boit un petit coup dans un tout petit verre. Je voudrais boire aussi. Mais il n’y a qu’un verre et je ne fais pas ça. Boire dans le verre des autres.

 

Commentaires

bonsoir,

je trouve votre prose splendide, c est pas une flaterie, au plaisir de vous lire et relire, j avais achete au hazard mais je crois plus au destin votre livre comme un des mortels, est t il possible de l acheter sur internet, j aimerais l offrir

Merci d avance pour votre reponse

Philippe

Écrit par : philippe | 05/12/2014

Merci beaucoup pour les compliments, cela me touche. Comme un des mortels est édité chez Malström Editions, une maison belge et j'ai du mal à recevoir les exemplaires que j'ai moi même commandés. Cependant il m'en reste quelques-uns, je peux directement vous en envoyer un ( et dédicacé, si vous voulez l'offrir...) contre un chèque de 5 euros à mon adresse : 8 rue Roudil 34000 Montpellier.
Bien à vous.
nathalie

Écrit par : natyot | 06/12/2014

bonjour,

je ne vous ai pas envoye de cheque, de passage a Montpellier je suis retourne dans la meme boutique , je le relis ce soir pour en parler avec les heureux beneficiaires, vous meritez le nom de poete au sens noble du terme, au plaisir de vous lire et relire

Écrit par : philippe | 16/01/2015

Merci encore de me lire et me faire lire. Comme vous l'avez compris ce livre est écrit à deux (ou quatre) mains et Charles Pennequin est un grand auteur, à découvrir. Je me suis d'ailleurs peut-être laissé emporter par son style, je ne sais pas. En tout cas, vous pouvez lire beaucoup de textes sur ce blog, vous connaissez donc mon écriture. Je suis ravie de votre détermination à me considérer comme une poète, une "vraie" !

Écrit par : yot | 18/01/2015

Les commentaires sont fermés.